Portrait de bénévoles

Julie, secouriste au sein de l’Unité Locale de Marignane

 

Julie, 30 ans, Auxiliaire de Vie Scolaire en maternelle, engagée au sein de l’Unité Locale de Marignane depuis mai 2017, revient sur son engagement depuis 9 mois en tant que secouriste à la Croix-Rouge française et sur l’esprit de cohésion et d’unité qu’elle y trouve.

 


 

Peux-tu revenir sur ton parcours au sein de la Croix-Rouge française ?

 

J’ai passé le diplôme PSC1 (Prévention et Secours Civique de niveau 1) en mars 2017 car il est demandé pour le passage du concours de professeur des écoles. Cela m’a beaucoup plu et j’ai décidé d’aller plus loin. J’ai alors intégré l’Unité Locale de Marignane en mai pour devenir secouriste et j’ai passé le PSE1 (Premiers Secours en Equipe de niveau 1) en juillet 2017.
 

Pourquoi t’es-tu engagée au sein de la Croix-Rouge française ?

 

Après un an passé à la maison à ne m’occuper que de mes enfants, j’avais besoin d’une activité pour moi mais qui soit constructive. Quand j’ai passé le PSC1, j’ai tout de suite eu un très bon contact avec ma formatrice, c’est quelqu’un de très passionnée et c’est communicatif, elle m’a transmis son goût de l’action et de venir en aide aux personnes…je me suis laissée embarquer. Pour moi, mon engagement c’est faire quelque chose d’utile et d’enrichissant en donnant de son temps. J’aime l’idée d’être là pour venir en aide à tous.
 

Peux-tu nous parler de ta mobilisation lors du dispositif mis en place par la Délégation Territoriale Aix-Marseille Provence à l’occasion du Bol d’Or ? quel a été ton ressenti par rapport à ce dispositif qui a nécessité un déploiement et une logistique aussi importants ?

 

J’ai été impressionnée par les moyens déployés et je suis ravie d’avoir pu participer à tout ça. De plus, j’ai passé la nuit du samedi au dimanche, positionnée sur la piste, à l’entrée d’un virage, en cas de chute et j’avais une vue imprenable sur la course. D’ailleurs j’ai fait pas mal de jaloux parmi mes amis motards !
 

Tu t’es également mobilisée lors du Concert de Soprano pour venir en soutien aux secouristes de Marseille. En quoi c’est important d’apporter son soutien à une autre Unité Locale ?

 

Je trouve important de venir en renfort sur les postes des autres Unités Locales car la cohésion est selon moi capitale pour un secouriste. Il est nécessaire de savoir travailler avec n’importe quelle équipe et pas seulement les membres de son Unité. En tant que secouristes, nous avons un objectif commun : aider. Je me focalise sur ma mission. Et c’est toujours enrichissant de voir la façon de travailler des autres.
 

Peux-tu nous raconter une anecdote qui t’a particulièrement marquée ?

 

Je n’ai pas d’anecdote particulière à raconter, mais je suis toujours frappée par l’ambiance qui règne quand on se retrouve, que cela soit pour les soirées exercices (une fois par semaine à Marignane, nous faisons des cas concrets pour travailler nos gestes) ou sur un poste : que nous nous connaissions bien ou pas, peut-être parce que nous sommes tous là pour les mêmes raisons, il y a un effet d’unité et je n’ai jamais vu personne à l’écart. Nous nous soutenons également entre nous !